Balto : Un husky de légende

La ruée vers l’or.

Remontons le temps et les kilomètres afin de comprendre l’histoire de ces huskys de légende. Nous sommes en Alaska, au début du siècle. Du XXe siècle ! La « ruée vers l’or » attire de plus en plus de monde venu faire fortune sur les bords de la mer de Béring. Un village de pionniers naît au milieu de nulle part : « No name » sera son nom… bientôt rebaptisé « Nome ». Dans ces contrées isolées et enneigées, le traîneau à chien est souvent l’unique moyen de transport. Pour passer le temps, les mineurs mushers organisent les premières courses de vitesse (dont le « All Alaska Sweepstake« )… En 1909, avec l’introduction en Alaska des premiers Huskys par un marchand de fourrure russe, ces passionnés d’attelage s’interrogent puis s’enthousiasment pour l’extraordinaire endurance de ces petits chiens de traîneau à la morphologie si particulière et dont on raconte que les origines remonteraient à celles des tribus Chuckies de Sibérie orientale.

Nome en 1900 (source : Wikipedia / Lomen Bros)

La course au sérum.

Le Husky doit sa plus belle reconnaissance grâce aux prouesses de 2 champions, Togo et Balto, huskys de légende. Durant l’hiver 1924/1925, le village de Nome est frappé par une épidémie de diphtérie mettant en péril la vie des enfants par manque de vaccin. Acheminés d’abord par train depuis la ville d’Anchorage jusqu’à celle de Nenana, les stocks se situent encore à plus de 1000 km ! Impossible de les récupérer par bateau ou par avion : la mer est gelée et les rafales de vent trop violentes. Le temps presse, et un premier attelage s’élance finalement le 27 janvier 1925, par -45°C. Près de 150 chiens du service postal et 20 mushers – dont le fameux Norvégien Leonhard Seppala et son chien Togo – se relaieront nuit et jour pour parcourir la distance en un temps record : un peu plus de 5 jours (127h30 précisément) contre 13 en temps normal ! C’est l’exploit de Balto, en tant que Husky de tête du dernier attelage, qui recevra les honneurs de la nation pour avoir retrouvé son chemin malgré le blizzard aveuglant son musher Gunnar Kaasen. Eclipsant de ce fait, un temps, le véritable exploit de Togo (alors âgé de 12 ans !) qui avait parcouru le plus long et le plus difficile tronçon du parcours…

Toujours est-il que, avec cet épisode héroïque, le Husky vient d’acquérir ses lettres de noblesse.

Balto et Gunnar Kaasen, photo Cleveland Public Library
(en médaillon : Togo et Leonhard Seppala)

Une statue à New-York.

En souvenir de l’exploit de Balto et de ses compagnons, une statue sculptée par F.G. Roth (photo ci-dessous) fut érigée en novembre 1925 à Central Park, à New York. On peut y lire ces mots : « En hommage à l’esprit combatif du chien de traîneau (…) Endurance, Fidélité, Intelligence. » 3 qualités du Husky

De leur côté, Spielberg et les studios Universal Pictures lui ont consacré un superbe dessin-animé, sorti en 1995 : Balto chien-loup, héros des neiges, et recemment le film Togo de Ericson Coren.

Une légende vivante.

De nos jours, en Alaska, la prestigieuse course de l’Iditarod (littéralement « endroit perdu » en langue indienne) célèbre l’exploit de Balto et des chiens de traîneau de la « route du sérum ». Plus de 50 mushers et 1000 chiens s’y donnent rendez-vous chaque année depuis 1973 pour tenter de parcourir les 1800 km séparant la ville d’Anchorage de celle de Nome. Un extraordinaire défi relevé en 9 à 15 jours pour les meilleurs d’entre eux et rendre honneur aux huskys de légende !

Routes de l’Iditarod (wikipedia / Gray_alaska.png Calliopejen)

Sources :
Le Husky Sibérien, Dr Dominique Grandjean, Ed. de Vecchi, 1986
www.baltostruestory.com (Earl J. Aversano)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *